vocabulaire féministe

Connais-tu tout le vocabulaire féministe ?

As-tu tout le vocabulaire féministe pour partager ton point de vue ? Si certains termes et expressions féministes sont bien connus, d’autres en revanche sont plus récents. C’est la conséquence d’un lexique en pleine évolution.

Le terme de féminisme aujourd’hui se retrouve partout, dans les médias, sur les réseaux sociaux et dans de nombreuses conversations. Tu as très certainement toi aussi parlé de ce sujet brûlant récemment.

Expliquer le féminisme, c'est aussi comprendre les mots féministes, le langage féministe.

Avec ce modeste abc du féminisme, voilà de quoi enrichir tes futures discussions et débats.

1/ Commençons par les fondamentaux du vocabulaire féministe :

  • Le féminisme : Être féministe, c’est penser que les femmes et les hommes méritent les mêmes droits et les mêmes chances. Il existe différents mouvements et différents courants féministes, mais la base est la même : égalité des sexes, égalité des salaires, égalité de la liberté d’expression, égalité de la sécurité dans la rue etc. En fait, une égalité sociale, politique et économique. 
  • Le patriarcat : Société hiérarchisée dans laquelle les hommes détiennent plus de pouvoir (société patriarcale).
  • Sexisme : Considérer les femmes comme inférieures aux hommes.
  • Misogynie : La haine des femmes.
  • Misandrie : La haine des hommes.
  • Sororité : Représente la solidarité féminine, l'entraide entre femmes.

sororité

2/ Le vocabulaire autour du genre :

  • LGBTQ : Acronyme de "lesbienne, gay, bisexuel, transgenre et queer". On trouve également LGBTQIA. I signifie intersexe (une personne qui ne naît ni homme ni femme) et A signifie asexuel.
  • Cisgenre : Personne dont l'identité de genre correspond au sexe donné à la naissance.
  • Transgenre : Personne dont l'identité de genre diffère des attentes culturelles du sexe qui lui a été alloué à la naissance.
  • Transphobie : Préjugé à l'égard des personnes transgenres.
  • Transmisogynie : Un mélange de transphobie et de misogynie, qui se manifeste par une discrimination à l'égard des "femmes trans et des personnes trans et non conformes au genre à l'extrémité féminine du spectre des genres".
  • Fluidité du genre : Ne pas s'identifier à un sexe unique et fixe.
  • Non-binaire : Terme générique désignant les personnes qui ne s'identifient pas en tant que femme et en tant qu'homme.

 3/ Le vocabulaire autour du sexisme et de la misogynie :

  • Le sexisme hostile : celui auquel la plupart des gens pensent. Insulter, objectiver et dégrader ouvertement les femmes.
  • Le sexisme bienveillant : Moins évident à détecter. Cela ressemble à un compliment, même si c'est enraciné dans le sentiment de supériorité des hommes. C'est, par exemple, lorsque les hommes disent que les femmes sont plus attentionnées que les hommes (et qu'elles devraient donc élever des enfants). C'est un comportement qui reste restrictif.
  • Le sexisme intériorisé : Lorsque la croyance en l'infériorité de la femme devient une partie de sa propre vision du monde et de son image de soi.
  • Misogynoir : Misogynie dirigée vers les femmes noires. Ce sont les agissements et comportements discriminatoires à l’égard des femmes noires et de couleur basés sur le sexisme et le racisme.

4/ Le vocabulaire autour du terme féminisme

  • Féminisme intersectionnel : si le féminisme défend les droits des femmes et l'égalité entre les sexes, le féminisme intersectionnel est la compréhension de la manière dont les identités des femmes, qui se chevauchent - y compris la race, la classe, l'ethnicité, la religion, l'orientation sexuelle et le statut de handicap - ont un impact sur la manière dont elles vivent l'oppression et la discrimination. 
  • Transféminisme : Défini comme "un mouvement par et pour les femmes transgenres qui considèrent que leur libération est intrinsèquement liée à la libération de toutes les femmes et au-delà". C'est une forme de féminisme qui inclut toutes les femmes qui s'identifient comme telles, quel que soit leur sexe, et qui remet en question le privilège du cisgenre. Un principe central est que les individus ont le droit de définir qui ils sont.
  • Le féminisme des femmes de couleur : Une forme de féminisme qui cherche à clarifier et à combattre les luttes uniques auxquelles les femmes de couleur sont confrontées. C'est un féminisme qui lutte contre des formes d'oppression qui se croisent.

des actions pas des mots

 

5/ Les vagues du féminisme

  • La première vague de féminisme a eu lieu à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, émergeant d'un environnement d'industrialisation et de politique libérale et socialiste. Les revendications féministes de cette vague étaient d'ouvrir des opportunités aux femmes, en mettant l'accent sur le droit de vote des femmes. Ce sont les débuts timides de la libération de la femme.
  • La pensée féministe de la deuxième vague a commencé dans les années 1960 et s'est poursuivie dans les années 1990. Cette vague s'est déroulée dans le contexte des mouvements anti-guerre, des droits civils et de la conscience de soi croissante de divers groupes minoritaires dans le monde. Dans cette phase, la sexualité et les droits reproductifs étaient au cœur des discussions : l'égalité des droits devant garantir l'égalité sociale indépendamment du sexe.
  • La troisième vague féministe a commencé au milieu des années 90. Au cours de cette phase, de nombreuses constructions ont été déstabilisées, notamment les notions de "féminité universelle", de corps, de genre, de sexualité et d'hétéronormativité. Un aspect du féminisme de la troisième vague a été la réadoption par les jeunes féministes du rouge à lèvres, des talons hauts et du décolleté fièrement exposé que les deux premières phases du mouvement identifiaient à l'oppression masculine.
Les "grrls" de la troisième vague sont entrés en scène comme étant fortes, évitant la victimisation et définissant la beauté féminine pour elles-mêmes et non comme objets d'un patriarcat sexiste.

Le grrl-féminisme a tendance à être global, multiculturel, et il évite les réponses simples ou les catégories artificielles d'identité, de genre et de sexualité.

  • La quatrième vague du féminisme a émergé parce les jeunes femmes et hommes se sont rendus compte que la troisième vague était trop optimiste. Le féminisme quitte maintenant l'académique pour revenir dans le domaine du discours public. Des questions qui étaient au centre des premières phases du mouvement des femmes reçoivent une attention nationale et internationale de la part de la presse grand public et des hommes politiques : des problèmes comme les abus sexuels, le viol, la violence contre les femmes, l'inégalité des salaires, la pression exercée sur les femmes pour qu'elles se conforment à un type de corps unique et irréaliste et la prise de conscience que les gains en matière de représentation féminine dans la politique et les affaires, par exemple, sont très faibles.

6/ Le vocabulaire féministe anglais :

  • Manterrupting : Contraction de « man » et « interrupting ». Cette expression désigne les cas où les hommes interrompent les femmes pendant qu'elles parlent et ne les laissent pas terminer ce qu'elles disent. Bien qu'on puisse être tenté de dire que tout le monde peut être interrompu pendant qu'il parle (ce qui est vrai), il existe en fait un nombre important de recherches qui confirment que les femmes sont beaucoup plus souvent interrompues que leurs collègues masculins.
  • Mansplaining : ce terme définit la façon dont certains hommes ont tendance à dévaloriser, voire à discréditer les connaissances d'une femme en lui expliquant des sujets qu'elle connaît déjà mieux. C'est notamment le cas lorsque les hommes veulent expliquer des choses évidentes aux femmes.
  • Gaslighting : Ce terme vient du film du même nom (Gaslight, 1944), dans lequel un mari abuse émotionnellement de sa femme en allumant et en éteignant lentement les lampes à gaz d'une pièce, puis en insistant sur le fait qu'elle est folle quand elle remarque une différence. Dans le film, il la manipule en lui faisant croire qu'elle délire pour pouvoir garder son héritage. Aujourd'hui, le gaslighting est une technique de manipulation documentée. Les spécialistes considèrent qu'il s'agit d'une forme de violence émotionnelle ; et bien que cela arrive aussi aux hommes, les femmes en sont les victimes les plus fréquentes. 

J’ai découvert également un mot féministe que je ne connaissais pas :

Le gynocentrisme : Il désigne tout ce qui est axé sur les femmes, que ce soit en théorie ou en pratique, ou qui se concentre exclusivement sur des questions féminines ou féministes. La théorie gynocentrique met l'accent sur le point de vue féministe et la perspective féministe.

Le vocabulaire féministe ne cesse d’évoluer, de se préciser, de se renouveler, et indirectement fait avancer la cause. Et l’on ne peut pas espérer mieux ! Plus ce lexique s’enrichira, plus il prendra de la place dans notre société et plus nos combats et idéologies feront partie du quotidien de notre société. Un répertoire riche est synonyme d’émancipation, de dynamisme, de valeur, de pouvoir et de liberté.


2 commentaires

  • Anne

    bonjour! je suis en train de traduire un livre d’enfants avec des filles entant que personnage principal. En néerlandais il y a des mots a éviter. Comme la langue française a tendance a être plutot masculin…

  • Violeta BELHOUCHAT

    Merci beaucoup ! Utile, clair, synthétique! 👍

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Tiens toi au courant de notre actu !