Les Symboles du Féminisme

RSS
Les Symboles du Féminisme

Certains symboles et images sont devenus synonymes de féminisme et d'égalité.

On les retrouve en photos de profil sur les réseaux sociaux, en fonds d'écran de téléphone ou d’ordinateur, sous forme d’autocollant... On en voit partout et on n'y pense probablement pas beaucoup, sauf pour dire "Oh, regarde ! Une collègue féministe !".

Voici donc un bref historique de certains des symboles du féminisme.

 

Le symbole du « Pouvoir de la Femme », symbole universel du mouvement des femmes.

Symbole féminisme Poing Levé

 Il s’agit d’une combinaison entre :

  • Le symbole de Vénus () : il représente la féminité, la fertilité ;
  • Le symbole du poing levé : Il est l’emblème de révolte et de lutte contre le pouvoir en place. Brandit dès le début du XXème siècle par les antifascistes et les communistes notamment, il a été repris dans les années 60 par les noirs américains qui luttaient pour leurs droits civiques.

À lui seul, le symbole de Vénus n'est pas considéré comme représentant le féminisme. Combiné au symbole du poing levé, cette représentation est devenue le symbole du pouvoir de la femme et la marque du féminisme.

Ce symbole du mouvement féministe a été créé par Robin Morgan à la fin des années 60. Féministe active, elle a notamment cofondé l’organisation « New York Radical Women ».

 

Sorcière et Féminisme

le retour des sorcières

 

En Europe, tout a commencé au XVème siècle, au Moyen-Âge, notamment avec la montée du christianisme. Les femmes indépendantes, guérisseuses, sages-femmes, ont été diabolisées… et plus généralement toutes les femmes qui ne respectaient pas les codes du patriarcat.

Le mot "sorcière" devint officiellement un terme péjoratif vers 1468 lorsque l'ecclésiastique allemand Heinrich Kramer publia Malleus Maleficarum ("Le marteau des sorcières"), un traité médiéval sur la chasse aux "sorcières", c’est à dire des femmes qu'il considérait moralement corrompues.

La publication de ce livre coïncidait avec un sentiment général de peur, et a stimulé l'apogée de la chasse aux sorcières : En Europe, entre 1500 et 1660, au moins 80 000 femmes considérées comme des sorcières ont été assassinées.

Toutes ces femmes étaient hâtivement jugées uniquement sur leur mode de vie. La figure de la sorcière pouvait être :

  • Une femme célibataire, veuve, vieille ;
  • Une femme qui n’allait pas souvent à l'église ;
  • Une femme qui possédait trop de terres ;
  • Une femme guérisseuses ou sages-femmes…

"Quand une femme pense seule, elle pense le mal", dit le Malleus Maleficarum. Les conséquences du surnom de sorcière étaient terribles : on pouvait être jugé dans un faux procès, puis mis à mort par le feu, la lapidation ou la pendaison.

Le retour des sorcières se manifeste au 19ème et au 20ème siècle. Alors qu'elles fondaient des mouvements féministes et luttaient pour leur droit de vote, les femmes des sociétés occidentales ont commencé à considérer les sorcières comme un symbole de pouvoir et de lutte : 

  • Au 19e siècle, avec le mouvement des suffragettes, Matilda Joslyn Gage écrit un livre en 1893 intitulé "Woman, Church and State". Dans ce livre, elle parlait de la façon dont elle croyait que celles qui étaient accusés d'être des sorcières étaient, en fait, des esprits brillants et une menace pour le patriarcat.
  • Le jour de l'Halloween 1968, un groupe de manifestantes portant des manteaux noirs et des chapeaux pointus d'un groupe appelé WITCH (Women's International Terrorist Conspiracy from Hell) a pris le pouvoir à Wall Street pour protester contre le capitalisme.
  • Les militantes américaines invoquent également la sorcière comme symbole de résistance politique. Par exemple, l'intérêt pour les sorcières a grimpé en flèche depuis l’élection de Trump en 2016. Après l'élection, les "sorcières de la résistance", un groupe de 13 000 femmes sorcières, ont commencé à se réunir chaque mois pour jeter un sort afin de limiter le pouvoir de Trump.

Le mouvement des sorcières est bien plus qu'une mode passagère, c'est un moyen de résistance, un symbole d’unité des femmes.

 

La Couleur du Féminisme

Bannière couleur du féminisme

 

Les suffragettes anglaises ont souhaité donner de l’importance aux couleurs dans leurs actions de protestation.

Emmeline Pankhurst, figure de proue du mouvement des suffragettes explique ce choix :

  • Le violet représente "le sang royal qui coule dans les veines de chaque suffragette" ;
  • Le blanc est un emblème de "pureté dans la vie privée et publique" ;
  • Le vert représente "l'espoir et l'emblème du printemps".

On parle également du violet comme symbole de loyauté et de dignité.

C’était en fait un moyen de se tenir à l’écart de la norme, un signe de protestation, car le violet n’était pas une couleur que les femmes portaient à l’époque.

En extrapolant, on peut également associer la couleur du violet à l’égalité homme-femme. En effet, selon nos stéréotypes, le rose représente les filles, le bleu les garçons. Mélangez ces deux couleurs et vous obtenez du violet clair !

Aujourd’hui, le violet est la couleur que l’on retrouve majoritairement lors de toutes les manifestations en soutien aux droits des femmes.

 

Vous savez maintenant ce que vous pouvez porter pour mettre en avant votre féminisme ! Et encore mieux, vous êtes au bon endroit pour trouver la panoplie de la parfaite féministe ! Rends-toi vite sur nos collections !

Collections Antia'N'Co

 

Article précédent Article suivant

  • Lucile Hiegel
Commentaires 0
Laissez un commentaire
Nom:*
Courriel:*
Message: *

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

* Requis